3 THINGS

Nous sommes au mois d’Août = du temps pour moi !
Et qu’est-ce que j’aime le plus à part mon appareil photo, voyager, le sarcasme, les câlins, les glaces, et, (oui, non, arrêtons nous là avant que je change de sujet) ?
Les séries et les films, oui oui ! Je n’ai pas honte de le dire -enfin si, un peu quand même- mais je fais partie de ces gens qui peuvent passer des jours à regarder des séries non stop. C’est un peu une manière de voyager en y pensant un peu (vous sentez comme je suis accro ?).
Je vous parle d’un film, de deux séries, trois univers bien différents – pas très joyeux je dois le reconnaître – mais tous bouleversants.


234305DEMOLITION
Ou comment un film m’a fait pleurer pour la première fois de l’année.

Résumer en une simple phrase Demolition serait bien difficile.
L’histoire d’un type qui ne ressent rien.
Un type qui a oublié comment aimer.
Un type indifférent. Absent à lui-même. Dénué de sentiments. Anesthésié. (Oui oui, un peu comme moi en ce moment)
Un changement dans sa vie — Il se met à faire attention à chaque petite chose autour de lui. Il devient attentif. Il commence à chercher pourquoi son coeur ne fonctionne pas normalement.

« Repairing the human heart is like repairing an automobile. You have to take everything apart, examine everything, then you can put it all back together. »

« Réparer le coeur des hommes, c’est comme réparer une voiture. Il faut tout démonter, tout examiner, et ensuite, tu peux tout remonter. »

Il va détruire tout ce qui l’entoure pour en comprendre la mécanique.

Ce film m’a fait passer par toute la gamme d’émotions. Tristesse, peine, rire, joie et espoir. Bref, un film qui m’a profondément touchée. Et qui m’a donné envie de tout démolir (ca va faire maaaaal)


happy-valley-ancre-le-polar-dans-une-histoire-intimistem364127

HAPPY VALLEY
Ne vous fiez pas au titre de cette série. Il n’y a absolument rien d’Happy dans cette Valley, je vous le dit. Si vous cherchez quelque chose à regarder pour vous remonter le moral, évitez de regarder ça, vous perdrez toute foi en l’humanité.
Qu’est ce qui fait que j’ai aimé cette série alors ?
On y découvre des gens simples, ordinaires, et qui pourtant se retrouvent dans des situations dramatiques.
On y découvre l’effet papillon, ou comment une action en engendre une autre et ainsi de suite.
Et on y découvre que n’importe qui est capable du pire.
Cette série est d’une puissance rare. C’est brut, et réaliste malgré les proportions que prennent les évènements.


amc_preacher_104_tas_03

PREACHER
Un univers bien plus drôle que Demolition et Happy Valley.
Quand je dis drôle, ça ne veut pas dire blagues à gogos. Disons plus que nous entrons dans un univers incongru. (Oui, incongru. J’aurais pu dire saugrenu, dément, biscornu, mais j’ai choisi incongru). Mais cette série m’a valu de bons éclats de rire face à des situations tellement absurdes et improbables. Sans aucun doute il faut être armé de deuxième, voire troisième, voire dixième degrés pour apprécier cette série. Ne vous attendez pas à de la cohérence ou à du réalisme, sinon vous passerez votre temps à vous dire « mais je comprends rien ».
Cette série pose la question de la foi et de la rédemption. Ceux qui me connaissent savent que je ne crois pas en Dieu, mais ça ne m’empêche pas de m’intéresser aux religions sous toutes ses formes. Les croyances me fascinent, bien que je ne crois pas en grand chose.
Bref, Preacher m’a fait passer de bons moments, et j’ai aimé les références à Quentin Tarantino tout le long.


Un film, deux séries, trois univers qui posent la question du sens de la vie.

Le sens de la vie. Cette chose après laquelle on court.
Pourquoi ?
Peut-être que d’y trouver un sens est un moyen de se rassurer. Un moyen de se sentir utile. Un moyen de se dire qu’on est pas là par hasard. Un moyen de donner de la profondeur à ses actes, une matière à tout ça.

En parlant du sens de la vie, un mec m’a dit:
On cherche tous le bonheur.
On se sent tous seuls.
On se pose tous des questions.
On veut tous être aimé.

Et je ne sais pas comment finir cet article.
Alors je vous dirais simplement d’être heureux, et peut-être d’arrêter de courir après le sens de la vie, vous risquerez de passer à côté.

Publicités

COUP DE COEUR

Aujourd’hui je vous fait partager ma découverte du week end. Il s’agit de L’homme irrationnel, le nouveau film de Woody Allen.
Je n’en avais pas beaucoup entendu parler, à vrai dire c’est en regardant le programme du cinéma pour voir les horaires d’un autre film que j’ai su qu’il était sorti ! J’ai regardé la bande annonce, elle m’a convaincue, et puis d’ailleurs, même sans la bande annonce j’étais déjà convaincue car j’ai rarement été déçue par les films de Woody Allen et c’est sans conteste l’un de mes réalisateurs preferés, j’adore son univers et son humour décalé. Le soir même, je suis allé le voir et je peux vous dire que ça valait le coup, mais alors vraiment, VRAIMENT.
C’est plutôt rare que je sorte du cinéma contente du film que j’ai vu. Souvent, je trouve les films bien, mais sans plus, je retourne à ma vie normale et n’y pense plus. Mais là! J’ai été scotchée. Le film démarre tout doucement, mais une fois que l’intrigue est lancée, on se prend des gifles, on rigole, et le film passe en un rien de temps. J’ai trouvé ce film époustouflant, les acteurs sont parfaits et le scénario est une petite bombe! Rien à redire.
En bref, l’histoire c’est quoi ? Un prof de philo dépressif, une élève fascinée, un nouveau but dans la vie, des choix à faire… (je ne voudrais pas en dire trop!); Et tout ça ponctué d’une super bande son.
Ca faisait longtemps que je n’étais pas sortie du cinéma sous le choc! La dernière fois, c’était l’hiver dernier après avoir vu Nightcall (que je vous conseille aussi même si ça n’a rien à voir!). Bref, je n’ai qu’une chose à vous dire: allez le voir!

Si je peux me permettre, si vous aimez Woody Allen ou que vous avez envie de le découvrir, voici une petite liste de ses films qui selon moi valent le détour!

Match Point : Jeune prof de tennis issu d’un milieu modeste, Chris se fait embaucher dans un club huppé des beaux quartiers de Londres. Il ne tarde pas à sympathiser avec Tom, un jeune homme de la haute société avec qui il partage sa passion pour l’opéra. Très vite, Chris fréquente régulièrement Tom et séduit sa sœur. Alors qu’il s’apprête à l’épouser et qu’il voit sa situation sociale se métamorphoser, il fait la connaissance de la ravissante fiancée de Tom, Nola…
match-point


To Rome with LovePlusieurs petits récits se croisent à travers Rome, la « ville éternelle ». Jerry, ancien imprésario d’opéra, et Phyllis son épouse rendent visite à leur fille qui doit se marier à un avocat . Leopoldo Pisanello se réveille un matin harcelé par les médias sans comprendre pourquoi. John, architecte américain renommé, revisite Rome où il a vécu 30 ans auparavant, à la recherche de son passé. Au hasard des rues, il rencontre Jack, un jeune architecte qui va tomber amoureux de Monica, la meilleure amie mythomane de sa fiancée…

1109a4cbb2ac48dca59c979107f27410_large


Midnight in Paris Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne.maxresdefault


ScoopL’enquête du célèbre journaliste d’investigation Joe Strombel, consacrée au « Tueur au Tarot » de Londres, tourne court quand il meurt de façon aussi soudaine qu’inexplicable. Mais rien, pas même la mort, ne peut arrêter Joe.A peine arrivé au purgatoire, il décide de transmettre ses toutes dernières informations à la plus charmante des étudiantes en journalisme : Sondra Pransky.screen-shot-2013-11-21-at-19-28-58

RED CARPET

Le cinéma me passionne depuis toujours ! C’est pourquoi aujourd’hui je vous parle du renommé Festival de Cannes qui avait lieu jusqu’à la semaine dernière. A mon grand regret, cela fait quelques années que je n’ai pas pu y assister. J’ai quand même eu la chance d’y aller plusieurs fois, et j’en ai gardé de bons souvenirs à chaque fois. Voici quelques photos que j’ai eu l’occasion de prendre en 2010 je crois. Jamel Debbouzze et The Gossip étaient les invités du Grand Journal, inutile de dire à quel point j’étais contente.

Et vous, vous y êtes déjà allé ? Vous y étiez peut-être cette année ?

P1060470P1060349 P1060452 P1060537 P1060538 P1060545


  • Cette année, la Palme d’Or revient à Jacques Audiard pour son film Dheepan. 
  • Le Fils de Saul, premier film du réalisateur hongrois Laszlo Nemes a reçu le Grand prix du jury.
  • Le film que j’ai envie de voir et qui a reçu le Prix du jury : The Lobster de Yorgos Lanthimos avec Colin Farrell et Rachel Weisz, une fable sur la solitude, le couple et l’amour. Son film raconte l’histoire de célibataires qui ont 45 jours pour trouver l’âme sœur, faute de quoi ils se voient transformés en l’animal de leur choix, et relâchés dans la forêt. Ca a l’air bien fou à souhait, et je pense que j’irai le voir à sa sortie en salle en Novembre.

PÊCHÉ MIGNON #1


Aujourd’hui je vous parle de séries ! J’en suis véritablement accro. Qu’elles soient drôles ou dramatiques, violentes ou romantiques, absurdes ou réalistes, je suis toujours à la recherche de celle qui saura me captiver et me plonger dans son univers. En général, si une série réussit à me faire rire ou à me faire pleurer, c’est tout bon. Je vais donc vous parler de celles qui m’ont touchées, bluffées ou simplement fait rire, et aussi de celles qui m’ont laissées un peu sur ma faim. Lire la suite « PÊCHÉ MIGNON #1 »