LAS CHICAS EN MADRID

Tout a commencé sur un coup de tête un jour au boulot.
Une envie d’ailleurs que je partage avec une de mes collègues. On commence à se dire qu’on a besoin de vacances entre filles. Il faisait froid, il y avait du mistral et on en avait ras le cul. On fait la liste des endroits où on aimerait aller. On se dit qu’un peu de soleil nous ferait du bien. On parle de Madrid, et on regarde par curiosité les billets d’avions. Le lendemain: c’était réservé.
Nous avons donc compté les jours pendant pas loin de deux mois, avec pour seule et unique motivation: les tapas. Ah, et la sangria aussi.
Six filles complètement différentes, avec de grosses valises et l’envie de s’amuser pendant 5 jours. Tout ça était prometteur.

Nous avons commencé notre découverte de la ville en voiture. Enfin, en go cars. Des petites voitures-scooter jaunes qui ne sont pas passées inaperçues à travers la ville. Tous les passants nous faisaient coucou et nous prenaient en photo. Et nous, nous nous sentions comme dans Mario Kart. Après avoir stressé quelques minutes en conduisant l’engin, je me suis très vite sentie comme une vraie pilote. Nous nous sommes un peu perdues car le GPS n’était pas très précis, mais ce fut un super moment. C’est un bon moyen de découvrir la ville indépendamment et de voir les incontournables de la ville rapidement.

Le lendemain, nous sommes allées au Parc El Retiro, le parc le plus important de Madrid, avec prés de 125 hectares. Ce qui nous intéressait là bas, c’était la balade en barque sur le grand bassin! Un endroit idyllique et très agréable où nous avons bien ri, et où j’ai pris des coups de soleils improbables.

Autre incontournable de la ville: Le Palais Royal. Ancienne demeure de la royauté espagnole, aujourd’hui, le Palais Royal est un musée ouvert aux touristes. Beaucoup beaucoup de salles à voir, toujours dans l’extravagance (et le mauvais goût parfois, pardonnez-moi), intéressant pour les amateurs d’histoire.

DSC_0147

Autre endroit à voir, les arènes de las Ventas sont les arènes principales de Madrid. Pas fan du tout des corridas, mais plutôt de l’architecture, il fallait absolument s’y rendre.

L’endroit où j’ai le plus aimé m’arrêter boire un coup: la terrasse rooftop de la place Santa Ana. C’est là que nous avons passé notre dernière soirée. Une belle vue sur le centre ville de Madrid, dans une ambiance lounge (c’est si bobo de dire ça, mais bon).

Ce que je retiens de ce séjour: je suis toujours aussi maladroite, avec une moyenne de deux chutes par jour –  ne jamais JAMAIS faire du shopping quand on est six filles –  je suis le genre de fille qui préfère aller goûter quand les autres font les magasins – les tapas  sont mauvais pour mon cul, mais si bons – les policiers de Madrid sont terriblement sexys – les serveurs sont pas aimables – il y a une place qui porte le nom de ma maman (par conséquent un peu le mien aussi), La Plaza Canovas, et ouais j’ai un ancêtre qui pèse dans le game – mon vocabulaire se limite à « hijo de puta » et « holà la manana » –   ne plus m’endormir dans un avion sous peine d’effrayer mes voisins – j’ai de super copines de boulot qui me font rire et me rendent heureuse.

AMSTERDAM ET SES MUSEES

– AMSTERDAM MUSEUM –

C’est le musée historique d’Amsterdam et il se trouve en plein centre ville, proche du Dam et des rues commerçantes. C’est le premier que nous avons visité en arrivant. Il nous en apprend beaucoup sur la construction de la ville et son évolution. Le musée présente divers objets concernant l’histoire d’Amsterdam, du Moyen Âge à nos jours. On y trouve des peintures, des maquettes, des photographies, et des objets plus spéciaux. La visite est accompagnée d’un audio guide pour nous donner toutes les explications nécessaires . Il y a aussi des mini films qui sont diffusés et des jeux interactifs sont à disposition. Je conseille ce musée à tous les amateurs d’histoire particulièrement.
Prix de l’entrée: 13,50€ pour les adultes, 11€ pour les étudiants et gratuit pour les enfants et jusqu’à 17 ans.


– MOCO MUSEUM –

C’est le Musée d’Art Contemporain et Moderne d’Amsterdam. Le musée Moco est situé dans la Villa Alsberg au Museumplein en plein cœur du quartier des musées. Cette maison de ville a été conçue par Eduard Cuypers, cousin du célèbre Pierre Cuypers que j’ai évoqué dans l’article précédent, responsable du Rijksmuseum, situé de l’autre côté de la place. Ce pavillon ancien de par son extérieur et très moderne de par son intérieur met parfaitement en valeur les œuvres de Banksy et de Roy Lichtenstein.
Je connaissais déjà bien les oeuvres de Banksy puisque je suis une grande fan de street art. Cette visite était donc incontournable pour moi. Paradoxalement, j’ai été déçue car je n’ai rien découvert de plus de ce que je connaissais déjà. L’exposition est petite, agréable pour son côté intimiste, mais je suis restée sur ma faim. Le plus de cette expo est le lieu. Je conseille quand même aux curieux de s’y rendre, surtout si vous ne connaissez pas bien le street art et le pop art. Important à savoir: les expositions sont temporaires et changent régulièrement. Il y a un audio guide à 2,5€ pour accompagner la visite mais il est uniquement en anglais ou en néerlandais.
Prix de l’entrée: 12,50€

DSC_0162 - copie

BANKSY

ROY LICHTENSTEIN



– HOUSE OF BOLS, COCKTAIL AND GENEVER EXPERIENCE – 

Etablie à Amsterdam depuis 1575, le Bols est la plus veille marque distillée au monde. Encore dans le quartier des musées, the House of Bols n’est pas un musée comme les autres. Comme son nom l’indique, c’est une expérience. Nous sommes plongés dans un décor moderne explosif aux multiples couleurs. Notre odorat est mis à l’épreuve à travers une énorme palette de saveurs de la distillerie. Tous nos sens sont appelés ! On sent, on regarde, on écoute, on touche, et on est même filmés. A la fin de la visite, nous entrons au Mirror bar et nous pouvons choisir un cocktail parmi une large sélection. Nous pouvons soit admirer un barman nous concocter notre cocktail, soit apprendre à faire nous même notre cocktail. Je recommande vivement cette expérience à tous les amateurs de boissons ! C’est amusant et enrichissant, on en prend plein les yeux et les papilles.
Prix de l’entrée: 16€


– HEINEKEN EXPERIENCE –

On reste dans le thème de la boisson. Bah oui, on ne pouvait pas passer par Amsterdam sans faire un tour par la première usine Heineken transformée en musée qui retrace toute l’histoire de la mythique marque. L’Heineken expérience se trouve dans le quartier De Pijp, au bord d’un canal.
En premier lieu, nous découvrons l’histoire et la recette de fabrication. Tout est expliqué dans l’application Heineken Expérience qu’il faut télécharger. Les explications sont disponibles dans tout plein de langues. Après un passage dans la salle des cuves, nous sommes plongés dans plusieurs salles avec des écrans géants qui nous diffusent des mini films. Ouais, ils font leur pub quoi, on va pas leur reprocher. Le personnel était souriant et très présent. Après une dégustation, nous arrivons ensuite dans une partie plus interactive, où nous pouvons jouer à des jeux, nous filmer et nous prendre en photos, etc. Très amusant et récréatif ! Nous étions comme des gamins. La visite se termine dans un bar, où nous avons droit à deux verres d’Heineken. Il y a aussi un concours du meilleur serveur de bière. Bref, si vous voulez passer un bon moment entre amis, n’hésitez pas. Le genre de visite où on ne se prend pas la tête quoi !
Prix de l’entrée: 16€


– ALLARD PIERSEN MUSEUM –

Le musée Allard Pierson est le musée archéologique de l’Université d’Amsterdam, ouvert en 1934. Il a été nommé après le premier professeur d’archéologie classique de l’université. On commence le musée avec de l’histoire, en partant des Vikings jusqu’aux momies, en passant par l’antiquité. Ce musée possède une collection gréco-romaine, un département consacré à la grèce antique, ainsi qu’un département égyptien. On y trouve poteries, sculptures, verrerie, bijoux, pièces de monnaie et objets ménagers de ces civilisations. Le petit plus: on y rencontre des archéologues qui nous proposent de recomposer des vases tout en nous expliquant leur histoire. On y trouve aussi une vitrine qui donne sur la conservation d’une momie, et on peut poser nos questions au conservateur en écrivant sur un tableau à côté.
Prix de l’entrée: 10€ pour les adultes, 5€ pour les étudiants

 

– EYE FILM MUSEUM – 

EYE est le musée de la cinématographie d’Amsterdam. Situé au Nord d’Amsterdam, il faut emprunter un ferry derrière la gare pour accéder à ce musée très moderne. Le bâtiment en lui-même vaut le détour, aussi bien de l’extérieur qu’à l’intérieur. Il y a un grand café/restaurant sur deux niveaux donnant sur le port à travers des baies vitrées. Les programmes de l’EYE comprennent des expositions et des évènements autour du film. Il y a aussi des projections de films classiques. Nous avons pu voir l’exposition de Jesper Just, très impressionnant, mais pas très compréhensible. De belles images et de belles perspectives mais pas trop de sens à tout ça. Au sous-sol, il y a des activités, notamment un mur vert devant lequel on peut s’amuser et s’incruster dans un extrait de film. On y trouve aussi des caméras, des plus anciennes aux plus récentes. Les murs d’une salle complète sont entièrement fournis de rétroprojecteur, ce qui donne une immersion sympa. Un endroit parfait pour les amoureux du cinéma.
Prix de l’entrée: le prix diffère si vous souhaitez voir un film ou seulement les expos. Je vous laisse voir ça sur le site.

DSC_0577 - copie


– BELIEVE IT OR NOT –

Le musée du bizarre, sur la place du Dam. C’est complètement au hasard que nous sommes tombés sur ce musée, qui nous a interpellé par ses bizarreries à l’entrée. C’est un rassemblement de mille choses étonnantes. Attention, amoureux de l’art, passez votre chemin. Ce n’est pas un beau musée. C’est un musée où l’ont rigole devant des faits et choses farfelues. On passe d’une énorme mâchoire de requin à la culotte de Madonna. Pour les fans de cinéma, on y trouve un transformers d’environ 4mètres de haut. Le meilleur moment de la visite est un couloir avec un jeu de lumières qui donne l’impression d’êtes emportés d’un côté ou d’un autre alors que le couloir est droit. C’était impressionnant. C’est un lieu décalé où nous avons passé la soirée. D’ailleurs, les places sont moins chères le soir, l’happy hour est à 12€.


J’aurais aimé vous en présenter plus, mais je n’ai pas eu le temps d’en visiter d’autres. Il y a tellement de musées à Amsterdam, c’est à ne plus savoir où aller. Il ne me reste plus qu’à reprogrammer un séjour là bas, pour visiter les deux incontournables (que nous avons pourtant contourner) Rijksmuseum et Van Gogh muséum ainsi que le FOAM (musée de la photographie).
Bref, amis curieux, foncez, il y’a tellement de choses à voir !

NIGLOLAND

Aujourd’hui, je vous parle de parc d’attraction !

Je vous emmène avec moi à Nigloland pour fêter Halloween.

DSC_0214 - copie
Nigloland ? Mais quel drôle de nom, je vous l’accorde.
Minute ‘jesaistout’: le nom du parc vient de celui de sa mascotte, « Niglo », qui signifie hérisson en romani. Le romani ? C’est la langue originelle des manouches, des gitans et des tsiganes. Mention spéciale à wikipédia sans qui, je ne le saurais pas.

Nigloland, c’est où ?
Le parc se trouve à Dolancourt. Quoi ? Vous savez pas où c’est ? Dolancourt se trouve dans l’Aube. L’Aube est à l’Est de la France.
Suffisait de demander.

Chaque année, pour les vacances de la toussaint, Nigloland se transforme en Nigloween et est entièrement décoré avec des milliers de citrouilles, de squelettes et autres monstres, ce qui rend l’atmosphère particulièrement fantastique. 

Niveau manèges, il y en a pour tous les goûts. Les plus petits comme les plus grands y trouvent le bonheur et leurs lot de sensations. On y trouve notamment la plus grande tour de chute libre rotative du monde, dont je vous avais déjà parlé dans cet article. Car oui, c’est la troisième fois que j’y vais, et je n’en suis toujours pas lassée.
On y passe de bons moments en famille et on y laisse de bonnes crises de rires.

Pour Halloween, j’ai pour la première fois eu l’occasion de voir le parc de nuit. La tombée de la nuit était magnifique, surplombé par les lumières des manèges et celles des décorations. Nous avons aussi eu la chance d’assister à un feu d’artifice en buvant de la bière dans le village des sorcières.

Le meilleur et le pire de cette journée en quelques photos.

 

DSC_0169 1DSC_0187 1DSC_0206 - copie

 

ONE WAY OR ANOTHER

Plus j’avance dans la vie, plus je ressens ce besoin de voyager.
Tout le monde ne cherche pas tout à fait la même chose dans les voyages. Vacances, tourisme, curiosité, fuite, épanouissement personnel…  ?
Peu importent les raisons qui nous poussent à voyager, c’est une expérience qui mérite d’être vécue, que ce soit seul ou accompagné. 

Souvent on me pose cette question: « Mais, tu n’as pas peur de partir seule? ». Et non, bien au contraire. L’inconnu fait peur oui, mais le conditionnement me fait encore plus peur. C’est dans les moments où l’on se retrouve face à nous-mêmes que l’on forge notre personnalité. Partir seule m’a appris à connaître mes forces, mes limites, ainsi que mes faiblesses. On découvre nos propres frontières. En perdant nos repères et nos habitudes, le voyage apporte une certaine nouveauté à notre conception de la vie.

La première fois que je suis partie seule, j’étais perdue. J’avais besoin d’un peu de temps pour faire un bilan sur ma vie et mes orientations. J’avais l’impression que le temps filait trop vite et que je n’étais que témoin de ma vie. Je me sentais en quelque sorte étrangère à ma propre vie, comme spectatrice. Je voulais m’éloigner de chez moi, savourer le goût de l’aventure et de l’imprévu, échapper à mes habitudes et à mon conditionnement. Partir, c’est fuir une prison que vous avez vous même construite: la « zone de confort ».En sortant de ma zone de confort, j’ai appris à me connaître et à mieux comprendre le monde qui m’entoure. Partir signifie perdre ses habitudes, ses certitudes, ses limites. On se libère temporairement des contraintes sociales et de la peur du lendemain. On vit au présent. On fait le vide, pour le remplir de nouveau!

Voyager, c’est vivre le temps d’une autre façon. C’est mettre le temps entre parenthèses un moment, mettre sa vie entre parenthèses pour mieux la retrouver par la suite. Dans la vie de tous les jours, j’ai souvent l’impression de courir après le temps, d’en manquer; en voyage, le temps s’écoule différemment. Partir représente un défi différent de celui de la vie de tous les jours.  La seule manière de relever ce défi est d’utiliser ces choses qu’on utilise pas au quotidien. Vous savez, ces choses, telles que l’autonomie, l’initiative, la confiance en soi. Voyager, c’est apprendre à s’en sortir. C’est se débrouiller. J’ai vu des gens qui gardent leur sourire et leur joie de vivre malgré les problèmes auxquels ils sont confrontés. Cela permet de comprendre que vos difficultés quotidiennes sont insignifiantes, ou presque. J’ai réalisé que je ne manquais de rien, car les choses matérielles n’ont que l’importance qu’on leur donne. On apprend à se passer facilement de choses que l’on croyait indispensables. On secoue nos habitudes, nos préjugés, nos convictions. Voyager, c’est se rendre compte que nous partageons tous les mêmes valeurs fondamentales et les mêmes buts dans la vie. C’est se rendre compte qu’on n’est jamais seul.

J’ai vu des endroits magnifiques, j’ai rencontré de nouvelles personnes au style de vie différent, j’ai vu de nouveaux paysages. Il y a des moments simples, d’autres insolites, imprévus, ou décevants qui font l’essence du voyage. C’est un mélange d’excitation, d’émerveillement, de galères, d’émotions
Voyager ne résout pas nos problèmes, et ne donne pas de réponse à nos doutes. Le but de voyager (si il y en a un) est d’apprécier la vie qu’on vit, et pourquoi pas de l’améliorer.

Sur ces belles paroles, je vais finir ma valise. L’Irlande m’attend !

COUP DE COEUR

Aujourd’hui je vous fait partager ma découverte du week end. Il s’agit de L’homme irrationnel, le nouveau film de Woody Allen.
Je n’en avais pas beaucoup entendu parler, à vrai dire c’est en regardant le programme du cinéma pour voir les horaires d’un autre film que j’ai su qu’il était sorti ! J’ai regardé la bande annonce, elle m’a convaincue, et puis d’ailleurs, même sans la bande annonce j’étais déjà convaincue car j’ai rarement été déçue par les films de Woody Allen et c’est sans conteste l’un de mes réalisateurs preferés, j’adore son univers et son humour décalé. Le soir même, je suis allé le voir et je peux vous dire que ça valait le coup, mais alors vraiment, VRAIMENT.
C’est plutôt rare que je sorte du cinéma contente du film que j’ai vu. Souvent, je trouve les films bien, mais sans plus, je retourne à ma vie normale et n’y pense plus. Mais là! J’ai été scotchée. Le film démarre tout doucement, mais une fois que l’intrigue est lancée, on se prend des gifles, on rigole, et le film passe en un rien de temps. J’ai trouvé ce film époustouflant, les acteurs sont parfaits et le scénario est une petite bombe! Rien à redire.
En bref, l’histoire c’est quoi ? Un prof de philo dépressif, une élève fascinée, un nouveau but dans la vie, des choix à faire… (je ne voudrais pas en dire trop!); Et tout ça ponctué d’une super bande son.
Ca faisait longtemps que je n’étais pas sortie du cinéma sous le choc! La dernière fois, c’était l’hiver dernier après avoir vu Nightcall (que je vous conseille aussi même si ça n’a rien à voir!). Bref, je n’ai qu’une chose à vous dire: allez le voir!

Si je peux me permettre, si vous aimez Woody Allen ou que vous avez envie de le découvrir, voici une petite liste de ses films qui selon moi valent le détour!

Match Point : Jeune prof de tennis issu d’un milieu modeste, Chris se fait embaucher dans un club huppé des beaux quartiers de Londres. Il ne tarde pas à sympathiser avec Tom, un jeune homme de la haute société avec qui il partage sa passion pour l’opéra. Très vite, Chris fréquente régulièrement Tom et séduit sa sœur. Alors qu’il s’apprête à l’épouser et qu’il voit sa situation sociale se métamorphoser, il fait la connaissance de la ravissante fiancée de Tom, Nola…
match-point


To Rome with LovePlusieurs petits récits se croisent à travers Rome, la « ville éternelle ». Jerry, ancien imprésario d’opéra, et Phyllis son épouse rendent visite à leur fille qui doit se marier à un avocat . Leopoldo Pisanello se réveille un matin harcelé par les médias sans comprendre pourquoi. John, architecte américain renommé, revisite Rome où il a vécu 30 ans auparavant, à la recherche de son passé. Au hasard des rues, il rencontre Jack, un jeune architecte qui va tomber amoureux de Monica, la meilleure amie mythomane de sa fiancée…

1109a4cbb2ac48dca59c979107f27410_large


Midnight in Paris Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne.maxresdefault


ScoopL’enquête du célèbre journaliste d’investigation Joe Strombel, consacrée au « Tueur au Tarot » de Londres, tourne court quand il meurt de façon aussi soudaine qu’inexplicable. Mais rien, pas même la mort, ne peut arrêter Joe.A peine arrivé au purgatoire, il décide de transmettre ses toutes dernières informations à la plus charmante des étudiantes en journalisme : Sondra Pransky.screen-shot-2013-11-21-at-19-28-58

ANONA

Il y a peu, je découvrais l’application Anona. Leur but ? Agir concrètement pour rendre le monde meilleur. Comment ? En faisant des dons à des ONG. Ce qui est fou ? Le don est gratuit. En regardant des vidéos publicitaires d’une trentaine de secondes, l’entreprise qui fait sa pub finance chacun de nos dons! J’ai trouvé ce principe innovant et pour les étudiants comme moi qui n’ont pas le temps et pas d’argent pour soutenir une cause, c’est un bon moyen de montrer que ce n’est pas pour autant qu’on reste insensible sur certains sujets.

Quelles causes pouvons nous soutenir grâce à Anona ?

Capture d’écran 2015-09-18 à 08.58.11

Urgence Népal: pour aider le Népal à surmonter les catastrophiques séismes du mois d’Avril et de Mai, venir en aide aux victimes et aider à la reconstruction du pays.

Triangle Génération Humanitaire: les dons permettront de fournir du matériel à des enfants déscolarisés du Kurdistan, et donc permettront aussi à ces enfants de retourner à l’école ainsi qu’un soutien psychologique puisque l’histoire récente de leur pays est très difficile.

Planète Urgence: pour sauver le forêt de Madasgascar, protéger et restaurer sa biodiversité en replantant des arbres. Parce qu’on s’en rend peut-être pas compte, mais à cause de la déforestation, la Terre meurt lentement. On a tendance à oublier que c’est bien sur une planète qu’on vit !

Wikimédia: l’objectif est de garantir un accès libre et gratuit à la connaissance.

Bref, vous choisissez la cause que vous voulez le plus soutenir, vous regardez une pub, et le don est fait ! Vous pouvez faire deux dons par jours et ce, tous les jours! Alors foncez, c’est important ! Humanitaire, environnementale ou culturelle, toutes les causes sont bonnes et ça prend une minute !

AUX TABLEAUX !

Aujourd’hui je vous parle d’une exposition qui a lieu à Marseille depuis le 10 Juin et qui se terminera le 10 Octobre.  C’est dans une école fermée depuis 2012 et devenue monument historique en 2013 que se déroule cette expo. En gros, on y trouve quoi ? C’est une grande galerie éphémère dans d’anciennes salles de cours. Chacun des artistes ont crée leur propres univers dans un espace défini, toujours sur le même thème: l’école.

J’ai vraiment trouvé cette expo très belle et intéressante, pas ennuyante du tout ! Le principe est simple et efficace: chaque fois que l’on ouvre une porte, l’on entre dans un nouveau monde, un tout nouveau décor, une vision différente. En tant que grande fan de Street art, j’ai vraiment adoré voir ces fresques sur les murs de ces anciennes salles de classe. De la maternelle jusqu’au lycée, les oeuvres se succèdent de classes en classes et même en passant par les escaliers et la cours de récréation. On y découvre le travail d’artistes de milieux complètement différents. C’est un projet ambitieux et réussi !

DSC_1032 DSC_1036DSC_0042 DSC_0047 DSC_0128DSC_0069DSC_0086DSC_0135

Cette fois ci, les photos ne sont pas de moi mais de mon chéri qui a du talent, n’est-ce pas ?

Résidence Exposition éphémère « Aux tableaux » !  23 rue Dieudé,  Marseille 6e  –  Tél. : 04 13 20 77 10 Horaires et jours d’ouverture de l’exposition : mercredi : de 13h à 20h et vendredi, samedi et dimanche : de 11h à 20h. Deux petits euros pour l’adhésion à l’asso Juxtapoz, et vous pourrez venir tant de fois que vous voudrez!