ONE WAY OR ANOTHER

Plus j’avance dans la vie, plus je ressens ce besoin de voyager.
Tout le monde ne cherche pas tout à fait la même chose dans les voyages. Vacances, tourisme, curiosité, fuite, épanouissement personnel…  ?
Peu importent les raisons qui nous poussent à voyager, c’est une expérience qui mérite d’être vécue, que ce soit seul ou accompagné. 

Souvent on me pose cette question: « Mais, tu n’as pas peur de partir seule? ». Et non, bien au contraire. L’inconnu fait peur oui, mais le conditionnement me fait encore plus peur. C’est dans les moments où l’on se retrouve face à nous-mêmes que l’on forge notre personnalité. Partir seule m’a appris à connaître mes forces, mes limites, ainsi que mes faiblesses. On découvre nos propres frontières. En perdant nos repères et nos habitudes, le voyage apporte une certaine nouveauté à notre conception de la vie.

La première fois que je suis partie seule, j’étais perdue. J’avais besoin d’un peu de temps pour faire un bilan sur ma vie et mes orientations. J’avais l’impression que le temps filait trop vite et que je n’étais que témoin de ma vie. Je me sentais en quelque sorte étrangère à ma propre vie, comme spectatrice. Je voulais m’éloigner de chez moi, savourer le goût de l’aventure et de l’imprévu, échapper à mes habitudes et à mon conditionnement. Partir, c’est fuir une prison que vous avez vous même construite: la « zone de confort ».En sortant de ma zone de confort, j’ai appris à me connaître et à mieux comprendre le monde qui m’entoure. Partir signifie perdre ses habitudes, ses certitudes, ses limites. On se libère temporairement des contraintes sociales et de la peur du lendemain. On vit au présent. On fait le vide, pour le remplir de nouveau!

Voyager, c’est vivre le temps d’une autre façon. C’est mettre le temps entre parenthèses un moment, mettre sa vie entre parenthèses pour mieux la retrouver par la suite. Dans la vie de tous les jours, j’ai souvent l’impression de courir après le temps, d’en manquer; en voyage, le temps s’écoule différemment. Partir représente un défi différent de celui de la vie de tous les jours.  La seule manière de relever ce défi est d’utiliser ces choses qu’on utilise pas au quotidien. Vous savez, ces choses, telles que l’autonomie, l’initiative, la confiance en soi. Voyager, c’est apprendre à s’en sortir. C’est se débrouiller. J’ai vu des gens qui gardent leur sourire et leur joie de vivre malgré les problèmes auxquels ils sont confrontés. Cela permet de comprendre que vos difficultés quotidiennes sont insignifiantes, ou presque. J’ai réalisé que je ne manquais de rien, car les choses matérielles n’ont que l’importance qu’on leur donne. On apprend à se passer facilement de choses que l’on croyait indispensables. On secoue nos habitudes, nos préjugés, nos convictions. Voyager, c’est se rendre compte que nous partageons tous les mêmes valeurs fondamentales et les mêmes buts dans la vie. C’est se rendre compte qu’on n’est jamais seul.

J’ai vu des endroits magnifiques, j’ai rencontré de nouvelles personnes au style de vie différent, j’ai vu de nouveaux paysages. Il y a des moments simples, d’autres insolites, imprévus, ou décevants qui font l’essence du voyage. C’est un mélange d’excitation, d’émerveillement, de galères, d’émotions
Voyager ne résout pas nos problèmes, et ne donne pas de réponse à nos doutes. Le but de voyager (si il y en a un) est d’apprécier la vie qu’on vit, et pourquoi pas de l’améliorer.

Sur ces belles paroles, je vais finir ma valise. L’Irlande m’attend !

COUP DE COEUR

Aujourd’hui je vous fait partager ma découverte du week end. Il s’agit de L’homme irrationnel, le nouveau film de Woody Allen.
Je n’en avais pas beaucoup entendu parler, à vrai dire c’est en regardant le programme du cinéma pour voir les horaires d’un autre film que j’ai su qu’il était sorti ! J’ai regardé la bande annonce, elle m’a convaincue, et puis d’ailleurs, même sans la bande annonce j’étais déjà convaincue car j’ai rarement été déçue par les films de Woody Allen et c’est sans conteste l’un de mes réalisateurs preferés, j’adore son univers et son humour décalé. Le soir même, je suis allé le voir et je peux vous dire que ça valait le coup, mais alors vraiment, VRAIMENT.
C’est plutôt rare que je sorte du cinéma contente du film que j’ai vu. Souvent, je trouve les films bien, mais sans plus, je retourne à ma vie normale et n’y pense plus. Mais là! J’ai été scotchée. Le film démarre tout doucement, mais une fois que l’intrigue est lancée, on se prend des gifles, on rigole, et le film passe en un rien de temps. J’ai trouvé ce film époustouflant, les acteurs sont parfaits et le scénario est une petite bombe! Rien à redire.
En bref, l’histoire c’est quoi ? Un prof de philo dépressif, une élève fascinée, un nouveau but dans la vie, des choix à faire… (je ne voudrais pas en dire trop!); Et tout ça ponctué d’une super bande son.
Ca faisait longtemps que je n’étais pas sortie du cinéma sous le choc! La dernière fois, c’était l’hiver dernier après avoir vu Nightcall (que je vous conseille aussi même si ça n’a rien à voir!). Bref, je n’ai qu’une chose à vous dire: allez le voir!

Si je peux me permettre, si vous aimez Woody Allen ou que vous avez envie de le découvrir, voici une petite liste de ses films qui selon moi valent le détour!

Match Point : Jeune prof de tennis issu d’un milieu modeste, Chris se fait embaucher dans un club huppé des beaux quartiers de Londres. Il ne tarde pas à sympathiser avec Tom, un jeune homme de la haute société avec qui il partage sa passion pour l’opéra. Très vite, Chris fréquente régulièrement Tom et séduit sa sœur. Alors qu’il s’apprête à l’épouser et qu’il voit sa situation sociale se métamorphoser, il fait la connaissance de la ravissante fiancée de Tom, Nola…
match-point


To Rome with LovePlusieurs petits récits se croisent à travers Rome, la « ville éternelle ». Jerry, ancien imprésario d’opéra, et Phyllis son épouse rendent visite à leur fille qui doit se marier à un avocat . Leopoldo Pisanello se réveille un matin harcelé par les médias sans comprendre pourquoi. John, architecte américain renommé, revisite Rome où il a vécu 30 ans auparavant, à la recherche de son passé. Au hasard des rues, il rencontre Jack, un jeune architecte qui va tomber amoureux de Monica, la meilleure amie mythomane de sa fiancée…

1109a4cbb2ac48dca59c979107f27410_large


Midnight in Paris Un jeune couple d’américains dont le mariage est prévu à l’automne se rend pour quelques jours à Paris. La magie de la capitale ne tarde pas à opérer, tout particulièrement sur le jeune homme amoureux de la Ville-lumière et qui aspire à une autre vie que la sienne.maxresdefault


ScoopL’enquête du célèbre journaliste d’investigation Joe Strombel, consacrée au « Tueur au Tarot » de Londres, tourne court quand il meurt de façon aussi soudaine qu’inexplicable. Mais rien, pas même la mort, ne peut arrêter Joe.A peine arrivé au purgatoire, il décide de transmettre ses toutes dernières informations à la plus charmante des étudiantes en journalisme : Sondra Pransky.screen-shot-2013-11-21-at-19-28-58

ANONA

Il y a peu, je découvrais l’application Anona. Leur but ? Agir concrètement pour rendre le monde meilleur. Comment ? En faisant des dons à des ONG. Ce qui est fou ? Le don est gratuit. En regardant des vidéos publicitaires d’une trentaine de secondes, l’entreprise qui fait sa pub finance chacun de nos dons! J’ai trouvé ce principe innovant et pour les étudiants comme moi qui n’ont pas le temps et pas d’argent pour soutenir une cause, c’est un bon moyen de montrer que ce n’est pas pour autant qu’on reste insensible sur certains sujets.

Quelles causes pouvons nous soutenir grâce à Anona ?

Capture d’écran 2015-09-18 à 08.58.11

Urgence Népal: pour aider le Népal à surmonter les catastrophiques séismes du mois d’Avril et de Mai, venir en aide aux victimes et aider à la reconstruction du pays.

Triangle Génération Humanitaire: les dons permettront de fournir du matériel à des enfants déscolarisés du Kurdistan, et donc permettront aussi à ces enfants de retourner à l’école ainsi qu’un soutien psychologique puisque l’histoire récente de leur pays est très difficile.

Planète Urgence: pour sauver le forêt de Madasgascar, protéger et restaurer sa biodiversité en replantant des arbres. Parce qu’on s’en rend peut-être pas compte, mais à cause de la déforestation, la Terre meurt lentement. On a tendance à oublier que c’est bien sur une planète qu’on vit !

Wikimédia: l’objectif est de garantir un accès libre et gratuit à la connaissance.

Bref, vous choisissez la cause que vous voulez le plus soutenir, vous regardez une pub, et le don est fait ! Vous pouvez faire deux dons par jours et ce, tous les jours! Alors foncez, c’est important ! Humanitaire, environnementale ou culturelle, toutes les causes sont bonnes et ça prend une minute !

AUX TABLEAUX !

Aujourd’hui je vous parle d’une exposition qui a lieu à Marseille depuis le 10 Juin et qui se terminera le 10 Octobre.  C’est dans une école fermée depuis 2012 et devenue monument historique en 2013 que se déroule cette expo. En gros, on y trouve quoi ? C’est une grande galerie éphémère dans d’anciennes salles de cours. Chacun des artistes ont crée leur propres univers dans un espace défini, toujours sur le même thème: l’école.

J’ai vraiment trouvé cette expo très belle et intéressante, pas ennuyante du tout ! Le principe est simple et efficace: chaque fois que l’on ouvre une porte, l’on entre dans un nouveau monde, un tout nouveau décor, une vision différente. En tant que grande fan de Street art, j’ai vraiment adoré voir ces fresques sur les murs de ces anciennes salles de classe. De la maternelle jusqu’au lycée, les oeuvres se succèdent de classes en classes et même en passant par les escaliers et la cours de récréation. On y découvre le travail d’artistes de milieux complètement différents. C’est un projet ambitieux et réussi !

DSC_1032 DSC_1036DSC_0042 DSC_0047 DSC_0128DSC_0069DSC_0086DSC_0135

Cette fois ci, les photos ne sont pas de moi mais de mon chéri qui a du talent, n’est-ce pas ?

Résidence Exposition éphémère « Aux tableaux » !  23 rue Dieudé,  Marseille 6e  –  Tél. : 04 13 20 77 10 Horaires et jours d’ouverture de l’exposition : mercredi : de 13h à 20h et vendredi, samedi et dimanche : de 11h à 20h. Deux petits euros pour l’adhésion à l’asso Juxtapoz, et vous pourrez venir tant de fois que vous voudrez! 

TIERGARTEN

Je vous parlais précédemment de Berlin et de ses espaces verts. Le Tiergarten est un énorme parc, appellé comme ça puisqu’on y trouve le Zoo (Tier=animal + Garten=jardin – voilà voilà ). J’ai beaucoup pédalé dans ce joli parc bordé par de petits lacs, dans lequel on trouve aussi des bars et restaurants. Et aujourd’hui je vous parle d’un bar au milieu de ce parc plein de surprises, mais pas n’importe quel bar: un Biergarten! Un lieu où l’on peut boire de la bière et manger un bout à n’importe quelle heure le long de longues tables en bois, ou autour d’une table ronde avec chandelles pour les amoureux; Le Cafe am Neuen See. Avant de partir, je m’étais un peu renseignée et avais lu que l’on pouvait faire des balades « romantiques » en barque sur le lac à côté de ce fameux Biergarten. J’ai bien évidemment harcelé mon chéri pour qu’il accepte cette balade en barque. Nous avons décidé d’y aller vers la tombée de la nuit pour que la vue soit encore plus belle. La vue sur le bar illuminé était magnifique. Et ce lac en plein milieu d’une ville ? Juste incroyable. Bref, on a vu des canards, on a galéré à ramer, on a passé un bon moment.
Si vous avez l’occasion de découvrir Berlin, je vous conseille cette petite balade en barque, ça peut aussi être très drôle entre potes! Les barques sont dispo de 10h à 22h et ça vaut le coup! DSC_0363DSC_0356DSC_0353DSC_0391DSC_0379 DSC_0381 DSC_0394

WUNDERBAR DEUTSCHLAND

La raison de mon absence sur le blog ? J’étais en vacances avec mon chéri à Berlin!

La question que beaucoup nous ont posé: « Mais pourquoi Berlin ? ». Et bien Berlin, parce que c’est une ville avec une histoire chargée, une ville qui a une âme. Aussi parce que Berlin est réputée pour être une ville très dynamique culturellement, très hétéroclite (la fille qui emploie des mots compliqués). En gros, on a été attirés par l’effervescence de la ville et on avait envie de s’évader.  Ah oui, et aussi parce qu’il y avait la fête de la bière (bah oui en voilà une bonne raison). Berlin nous a semblé un bon choix et nous n’avons pas été déçu de la ville.

Ce qui m’a plu :

  • Passer mes journées à vélo: la majorité de la ville est aménagée pour s’y déplacer en vélo, mais attention tout est très réglementé et les Berlinois n’hésitent pas à nous klaxonner si on traine trop. Très agréable pour découvrir les petits trésors de la ville, les coins cachés… Aussi très pratique pour se repérer (bien plus qu’en métro puisqu’on peut se faire une vraie idée des distances entre tel et tel endroit).
  • Les espaces verts: ce qui est génial, c’est d’être en pleine ville, et la minute d’après de se retrouver en pleine nature. Berlin est regorgé de petits jardins cachés, d’endroits calmes et verts, de lacs… C’est vraiment inhabituel de trouver ça au sein d’une grande ville. J’ai adoré ce choc ville/campagne.
  • L’architecture: c’est fou comme l’architecture de Berlin passe du tout au tout. On passe de maisons en briques rouges à des buildings, de la modernité au baroque, du contemporain au plus traditionnel. Certains immeubles sont très colorés et habillés d’oeuvres d’arts, pour ceux qui aiment le street art comme moi, c’est vraiment cool.
  • La vie dehors: c’est tellement agréable de se balader le long du fleuve et de ses cafés avec chaises-longues et  grandes tables en bois. Les nuits sont douces et décontractées!
  • La mentalité: les allemands sont très disciplinés. Il n’y a pas un chewing-gum, un mégot ou un papier par terre, il n’y a pas de barrière pour entrer dans le métro (tout le monde peut y entrer) et pourtant les gens payent quand même. Même s’ils paraissent un peu froids au premier abord, les allemands n’hésitent pas à nous venir en aide quand on est un peu perdu et à nous parler de tout et n’importe quoi pendant une demie heure (ils parlent très bien anglais!)

Ce qui m’a moins plus:

  • La musique: quand je disais que les allemands étaient très disciplinés, par exemple la musique s’arrête à 22h pour ne pas gêner le voisinage. Alors oui c’est sur, c’est une bonne chose pour les habitants, mais du coup, en bons Français que nous sommes, nous sommes arrivés à 21h30 à la fête de la bière en pensant écouter du bon gros rock la moitié de la nuit. On a entendu du Rammstein, on a commandé une bière et on s’est assis. Puis, plus de musique. On s’est senti un peu bêtes, on a fini par demander aux gens d’à côté si les musiciens allaient revenir ou pas, et là on nous a dit que tout était fini pour ce soir. Et oui contrairement à chez nous, les allemands commencent la fête tôt! On nous a donc conseillé de venir dés l’après midi pour avoir droit aux concerts.
  • Les Français: et oui, à chaque recoin de rue, nous entendions parler français. Nous qui voulions être dépaysés, ce n’était pas toujours facile. Et oui, il ne faut pas oublier que c’est une des villes européenne les plus touristiques, surtout en Août évidemment.

Cette semaine à Berlin a été très chargée en découverte et je suis heureuse d’avoir pu vivre ça avec celui que j’aime (cucul-time). Elle est passée bien trop vite à mon goût, mais heureusement j’ai plein de souvenirs gravés dans la tête et plein de photos à partager avec vous. Ca m’a donné envie de repartir, de découvrir encore plus le monde et ses trésors.

DSC_0060DSC_0098 DSC_0234 DSC_0100DSC_0280 DSC_0296DSC_0085 DSC_0108 DSC_0204

Et vous, ça vous attire Berlin ?

Pour les réticents, un article sur les endroits que j’ai préféré et que je recommande à 100% est en préparation !