LAS CHICAS EN MADRID

Tout a commencé sur un coup de tête un jour au boulot.
Une envie d’ailleurs que je partage avec une de mes collègues. On commence à se dire qu’on a besoin de vacances entre filles. Il faisait froid, il y avait du mistral et on en avait ras le cul. On fait la liste des endroits où on aimerait aller. On se dit qu’un peu de soleil nous ferait du bien. On parle de Madrid, et on regarde par curiosité les billets d’avions. Le lendemain: c’était réservé.
Nous avons donc compté les jours pendant pas loin de deux mois, avec pour seule et unique motivation: les tapas. Ah, et la sangria aussi.
Six filles complètement différentes, avec de grosses valises et l’envie de s’amuser pendant 5 jours. Tout ça était prometteur.

Nous avons commencé notre découverte de la ville en voiture. Enfin, en go cars. Des petites voitures-scooter jaunes qui ne sont pas passées inaperçues à travers la ville. Tous les passants nous faisaient coucou et nous prenaient en photo. Et nous, nous nous sentions comme dans Mario Kart. Après avoir stressé quelques minutes en conduisant l’engin, je me suis très vite sentie comme une vraie pilote. Nous nous sommes un peu perdues car le GPS n’était pas très précis, mais ce fut un super moment. C’est un bon moyen de découvrir la ville indépendamment et de voir les incontournables de la ville rapidement.

Le lendemain, nous sommes allées au Parc El Retiro, le parc le plus important de Madrid, avec prés de 125 hectares. Ce qui nous intéressait là bas, c’était la balade en barque sur le grand bassin! Un endroit idyllique et très agréable où nous avons bien ri, et où j’ai pris des coups de soleils improbables.

Autre incontournable de la ville: Le Palais Royal. Ancienne demeure de la royauté espagnole, aujourd’hui, le Palais Royal est un musée ouvert aux touristes. Beaucoup beaucoup de salles à voir, toujours dans l’extravagance (et le mauvais goût parfois, pardonnez-moi), intéressant pour les amateurs d’histoire.

DSC_0147

Autre endroit à voir, les arènes de las Ventas sont les arènes principales de Madrid. Pas fan du tout des corridas, mais plutôt de l’architecture, il fallait absolument s’y rendre.

L’endroit où j’ai le plus aimé m’arrêter boire un coup: la terrasse rooftop de la place Santa Ana. C’est là que nous avons passé notre dernière soirée. Une belle vue sur le centre ville de Madrid, dans une ambiance lounge (c’est si bobo de dire ça, mais bon).

Ce que je retiens de ce séjour: je suis toujours aussi maladroite, avec une moyenne de deux chutes par jour –  ne jamais JAMAIS faire du shopping quand on est six filles –  je suis le genre de fille qui préfère aller goûter quand les autres font les magasins – les tapas  sont mauvais pour mon cul, mais si bons – les policiers de Madrid sont terriblement sexys – les serveurs sont pas aimables – il y a une place qui porte le nom de ma maman (par conséquent un peu le mien aussi), La Plaza Canovas, et ouais j’ai un ancêtre qui pèse dans le game – mon vocabulaire se limite à « hijo de puta » et « holà la manana » –   ne plus m’endormir dans un avion sous peine d’effrayer mes voisins – j’ai de super copines de boulot qui me font rire et me rendent heureuse.

A LA DECOUVERTE D’AMSTERDAM

Bien le bonjour,

Je rentre d’un voyage de quelques jours à Amsterdam, et comment vous dire que je suis en plein moment de nostalgie. Quand le moment vient de faire un tri dans mes photos, j’ai un pincement au coeur, et je me dis que j’y serai bien restée plus longtemps si j’avais pu.

DSC_0135 1

La première chose (souvent) à laquelle les gens pensent quand on leur parle d’Amsterdam, c’est la WEED (et les putes). Mais Amsterdam vaut le détour pour bien plus que ça !

C’est une ville qui m’attirait depuis un moment, car je rêvais de voir l’architecture atypique d’Amsterdam, et les milliers de vélos qui la parcourent. A ce niveau là, je n’ai pas été déçue. Je n’ai jamais vu autant de vélos! La ville est d’une beauté, grâce à ses nombreux ponts reliant les quartiers. J’ai adoré y marcher, et y faire du vélo. C’était un peu déroutant au début, car on a tendance à tourner un peu en rond étant donné que le centre ville est arrondi car bordé de canaux.

carte-seulement

Rien qu’en arrivant à la gare centrale, on en prend plein les yeux. La gare est un monument magnifique dessiné par Pierre Cuypers, qui a aussi dessiné le Rijksmuseum, le musée le plus connu de la ville. Amsterdam est un mélange fascinant d’architecture. Elle a son propre style architectural, appelé l’AmsterdamSchool. La majorité des maisons sont en briques. 
Lors de la visite de l’Amsterdam Museum, j’ai pu apprendre qu’Amsterdam est née sur le fleuve Amstel après la construction d’un barrage (« dam » en néerlandais). Le port est ainsi devenu la gare, et à la place du barrage se trouve la célèbre place principale du Dam. 

Beaucoup d’endroits m’ont fait penser à l’Angleterre, ainsi qu’à Dublin. L’atmosphère en revanche se rapprochait de celle de l’Allemagne. C’est un curieux mélange. Mais l’atmosphère d’Amsterdam reste tout de même bien plus particulière.
Tout le monde se déplace à vélo. Les Amstellodamois sont tellement à l’aise à vélo ! Ils se déplacent partout à une vitesse incroyable, même sans les mains sur le guidon; ils mangent sur leur vélo, etc. C’est une ville très ouverte sur le monde, l’exemple le plus flagrant est évidemment leur tolérance vis-à-vis des drogues douces. L’odeur est partout. Les rues sont parsemées de coffeeshops. Et quand on s’aventure dans le quartier rouge, on peut voir que la prostitution est rendue banale. J’ai été un peu choquée par toutes ces vitrines de femmes, même en plein jour. Les Amstellodamois sont fiers de leur ville et de leur mode de vie. On est très loin de la manière de penser en France. C’est la ville de tous les plaisirs et interdits…

DSC_0514 - copieDSC_0506 - copieDSC_0508 - copieDSC_0170 1 - copieDSC_0173 1 - copieDSC_0177 1 - copieDSC_0126 1DSC_0129

Je vous parlerai bientôt des musées qui valent le coup. Bien évidemment je n’ai pas eu le temps de tous les faire. Mais je vous en montrerai un petit bout tout en vous donnant mon ressenti.

 

NIGLOLAND

Aujourd’hui, je vous parle de parc d’attraction !

Je vous emmène avec moi à Nigloland pour fêter Halloween.

DSC_0214 - copie
Nigloland ? Mais quel drôle de nom, je vous l’accorde.
Minute ‘jesaistout’: le nom du parc vient de celui de sa mascotte, « Niglo », qui signifie hérisson en romani. Le romani ? C’est la langue originelle des manouches, des gitans et des tsiganes. Mention spéciale à wikipédia sans qui, je ne le saurais pas.

Nigloland, c’est où ?
Le parc se trouve à Dolancourt. Quoi ? Vous savez pas où c’est ? Dolancourt se trouve dans l’Aube. L’Aube est à l’Est de la France.
Suffisait de demander.

Chaque année, pour les vacances de la toussaint, Nigloland se transforme en Nigloween et est entièrement décoré avec des milliers de citrouilles, de squelettes et autres monstres, ce qui rend l’atmosphère particulièrement fantastique. 

Niveau manèges, il y en a pour tous les goûts. Les plus petits comme les plus grands y trouvent le bonheur et leurs lot de sensations. On y trouve notamment la plus grande tour de chute libre rotative du monde, dont je vous avais déjà parlé dans cet article. Car oui, c’est la troisième fois que j’y vais, et je n’en suis toujours pas lassée.
On y passe de bons moments en famille et on y laisse de bonnes crises de rires.

Pour Halloween, j’ai pour la première fois eu l’occasion de voir le parc de nuit. La tombée de la nuit était magnifique, surplombé par les lumières des manèges et celles des décorations. Nous avons aussi eu la chance d’assister à un feu d’artifice en buvant de la bière dans le village des sorcières.

Le meilleur et le pire de cette journée en quelques photos.

 

DSC_0169 1DSC_0187 1DSC_0206 - copie