ÉCOUTER SON COEUR

Le mois de Juin a pointé le bout de son nez. Et vous savez ce qu’on dit: en Juin, fais ce qu’il te plaît.
Comment ça on dit pas ça ? En Mai fais ce qu’il te plaît ?
Ouais bon, pour ma défense, je n’ai pas fait ce qu’il me plaisait en Mai.

Je marche un peu aux coups de têtes. Enfin quand je dis coups de tête, ça veut aussi dire aux coups de coeur. Je suis du genre à prendre des décisions spontanées. Autrement dit, je suis impulsive. Et ça dans tous les domaines.
Quand je fais du shopping par exemple, si je n’ai pas de coup de coeur, je passe mon chemin. Je suis à la recherche de la perle rare.
En amitié, je marche au feeling. Le feeling, parlons-en. Quel drôle de mot au fond. Ca veut dire quoi ce putain de feeling ? C’est à mi chemin entre l’impression, l’intuition, et la complicité. Être sur la même longueur d’onde ? Disons ça.
Et en amour c’est pareil. J’ai besoin du coup de foudre. Une relation sans alchimie ne m’intéresse pas.
Je me fiches bien de la perfection. Je veux de l’intensité.
Je me dis souvent que si il y a un doute, c’est qu’il n’y en a pas.
Oui oui.
Théorie testée et approuvée.

Qui dit impulsivité, dit des fois où je m’emporte un peu. Comme l’autre matin où j’ai subitement décidé d’acheter des billets d’avion pour l’Angleterre. C’était une envie plus forte que tout. Pouf, la semaine d’après j’y étais, sans avoir trop prévu quoi faire.

J’en reviens juste. J’avais envie de découvrir l’Angleterre au delà de Londres.
J’ai commencé mon périple dans la ville de Birmingham, et j’ai ensuite pris la route pour Manchester, puis pour Nottingham ! Trois villes très différentes. Trois ambiances, trois âmes, trois histoires. Mais toutes aussi enrichissantes.

L’impulsivité c’est bien des fois. C’est être capable de se battre pour quelque chose qu’on veut vraiment.

Qui dit voyage dit: Naima a pris beaucoup de photos.
Je vous laisse avec un aperçu de Birmingham!

dsc_0102dsc_0120dsc_0161dsc_0222

Publicités

BEAUTIFUL DUBLIN

Mon voyage fut court mais intense. J’en reviens avec des courbatures partout et une grosse nostalgie. En un mot, c’était ÉPOUSTOUFLANT.
Dublin, c’est des surprises à chaque coin de rue, une ambiance festive et chaleureuse, un petit monde fantastique. Dix minutes après que je sois arrivée, un tas de personne m’avaient déjà abordé en me voyant avec mon appareil photo: Hey what are you doin’ here? Where are you from? Ya want to go to the pub? Les gens sont super curieux et avenants, c’est vraiment agréable.
Je suis arrivée vers 19h, il faisait donc nuit. La première chose qui m’a impressionnée c’est le reflet des lumières sur le River Liffey. J’avais les yeux écarquillés devant ce joli spectacle. 12631484_10208341054901945_8684682214038988313_nDSC_0045DSC_0057

Dublin, c’est de la musique partout. Et des pubs, partout, avec des guitares et des violons qui résonnent, et l’odeur de la Guinness.DSC_0600DSC_0070DSC_0379DSC_0400

Dublin, c’est grand et petit à la fois. J’ai parcouru la ville à pieds. J’ai marché des heures et des heures à travers les rues et le long du fleuve et des canaux.

DSC_0446DSC_0471DSC_0529

Dublin, c’est aussi un petit paradis pour les amateurs d’architectures. Des monuments magnifiques, des châteaux, des églises uniques…

DSC_0194DSC_0413DSC_0422DSC_0468

Dublin, c’est des petits coins mignons, de la nature, des parcs… Des endroits où l’on oublie que l’on est en pleine ville. DSC_0235DSC_0238

Dublin, c’est aussi le paradis pour les accrocs au shopping. Des centres commerciaux atypiques et des boutiques hors normes!

DSC_0276DSC_0312 2

Dublin, c’est vraiment l’une des villes que j’ai le plus aimé visiter. Non seulement elle est très jolie, mais l’ambiance y est vraiment particulière et unique; on s’y sent très bien.

ONE WAY OR ANOTHER

Plus j’avance dans la vie, plus je ressens ce besoin de voyager.
Tout le monde ne cherche pas tout à fait la même chose dans les voyages. Vacances, tourisme, curiosité, fuite, épanouissement personnel…  ?
Peu importent les raisons qui nous poussent à voyager, c’est une expérience qui mérite d’être vécue, que ce soit seul ou accompagné. 

Souvent on me pose cette question: « Mais, tu n’as pas peur de partir seule? ». Et non, bien au contraire. L’inconnu fait peur oui, mais le conditionnement me fait encore plus peur. C’est dans les moments où l’on se retrouve face à nous-mêmes que l’on forge notre personnalité. Partir seule m’a appris à connaître mes forces, mes limites, ainsi que mes faiblesses. On découvre nos propres frontières. En perdant nos repères et nos habitudes, le voyage apporte une certaine nouveauté à notre conception de la vie.

La première fois que je suis partie seule, j’étais perdue. J’avais besoin d’un peu de temps pour faire un bilan sur ma vie et mes orientations. J’avais l’impression que le temps filait trop vite et que je n’étais que témoin de ma vie. Je me sentais en quelque sorte étrangère à ma propre vie, comme spectatrice. Je voulais m’éloigner de chez moi, savourer le goût de l’aventure et de l’imprévu, échapper à mes habitudes et à mon conditionnement. Partir, c’est fuir une prison que vous avez vous même construite: la « zone de confort ».En sortant de ma zone de confort, j’ai appris à me connaître et à mieux comprendre le monde qui m’entoure. Partir signifie perdre ses habitudes, ses certitudes, ses limites. On se libère temporairement des contraintes sociales et de la peur du lendemain. On vit au présent. On fait le vide, pour le remplir de nouveau!

Voyager, c’est vivre le temps d’une autre façon. C’est mettre le temps entre parenthèses un moment, mettre sa vie entre parenthèses pour mieux la retrouver par la suite. Dans la vie de tous les jours, j’ai souvent l’impression de courir après le temps, d’en manquer; en voyage, le temps s’écoule différemment. Partir représente un défi différent de celui de la vie de tous les jours.  La seule manière de relever ce défi est d’utiliser ces choses qu’on utilise pas au quotidien. Vous savez, ces choses, telles que l’autonomie, l’initiative, la confiance en soi. Voyager, c’est apprendre à s’en sortir. C’est se débrouiller. J’ai vu des gens qui gardent leur sourire et leur joie de vivre malgré les problèmes auxquels ils sont confrontés. Cela permet de comprendre que vos difficultés quotidiennes sont insignifiantes, ou presque. J’ai réalisé que je ne manquais de rien, car les choses matérielles n’ont que l’importance qu’on leur donne. On apprend à se passer facilement de choses que l’on croyait indispensables. On secoue nos habitudes, nos préjugés, nos convictions. Voyager, c’est se rendre compte que nous partageons tous les mêmes valeurs fondamentales et les mêmes buts dans la vie. C’est se rendre compte qu’on n’est jamais seul.

J’ai vu des endroits magnifiques, j’ai rencontré de nouvelles personnes au style de vie différent, j’ai vu de nouveaux paysages. Il y a des moments simples, d’autres insolites, imprévus, ou décevants qui font l’essence du voyage. C’est un mélange d’excitation, d’émerveillement, de galères, d’émotions
Voyager ne résout pas nos problèmes, et ne donne pas de réponse à nos doutes. Le but de voyager (si il y en a un) est d’apprécier la vie qu’on vit, et pourquoi pas de l’améliorer.

Sur ces belles paroles, je vais finir ma valise. L’Irlande m’attend !

OPEN MY EYES

Je n’ai pas publié d’article depuis le mois de Novembre et je suis impardonnable. Il faut dire que j’ai été très occupée par les révisions d’examens, mon séjour Erasmus annulé, mon stress et les examens en eux-mêmes! Une fois débarrassée de tout ça, j’ai profité de mon temps libre pour prendre du temps pour moi. Enfin c’est ce que je comptais faire. C’était sans compter sur quelques mésaventures qui se sont pointées, notamment le piratage de ma carte bancaire, le vandalisme gratuit et méchant de ma voiture, ainsi que de gros microbes dans mon organisme pour m’empêcher d’apprécier pleinement mes vacances! Mes vacances n’ont pas été de tout repos, elles ont même été merdiques, oui, je n’ai pas peur de le dire. Mais 2015, ainsi que les années précédentes, m’ont appris à relativiser! Aller, il me faut plus que des examens, une voiture cassée et une grippe pour me décourager! Namaisho !

Pas de résolutions pour cette année, on va pas se voiler la face on les tiendra ja-mais !
Cinq choses que je veux et dois faire en 2016 (ouai c’est quand même un genre de résolution, mais sans dire le mot quoi)

• Avoir ma licence et trouver ma voie: à 23 ans, j’aimerais enfin valider cette licence et savoir où je vais. A plusieurs reprises je me suis trompée de voie, je me suis même échappée quelques mois à l’étranger… Maintenant il est temps de finir ce que j’ai commencé! Licence LLCE anglais, je t’aurais, crois moi.

• Faire une exposition de mes photos: ça y’est, la commande est partie! J’ai commandé pour commencer 10 agrandissements de quelques unes de mes photos. Je fais des photos depuis toujours mais les montre très peu, j’ai d’ailleurs crée ce blog pour commencer à les partager. J’ai envie de montrer ce que je fais, et que les gens me disent ce qu’ils en pensent vraiment. Je croise les doigts pour trouver un lieu, puis plusieurs, où pouvoir les exposer!

• Découvrir l’Ecosse: oui cette année, c’est décidé, j’ai choisi que si je devais aller quelque part ce serait en Ecosse. Glasgow, ou Edimbourg, ou les deux si je peux me le permettre, ainsi qu’un passage par le lac du Lochness (Soyons clichés); Je veux boire de la bière avec des gens en kilt, tout en écoutant du rock. Voilàà

• Penser à moi d’abord: je suis le genre de personne qui ne sait pas dire non, ou qui ne dit pas quand quelque chose ne me plaît pas. Alors fini de me forcer à faire des choses que je n’ai pas envie de faire, ou de supporter des gens que je n’ai pas envie de supporter. Et surtout, m’accepter comme je suis.

• Aimer ceux qui m’entourent: câlins et bisous pour tous.


DSC_0357DSC_0360DSC_0404Mes dernières photos de 2015, parce que j’ai beau me plaindre, cette année a quand même fini en beauté.  Bonne année à tous ceux qui me lisent, merci d’être là mes petits choux. Quels genres d’articles aimeriez vous retrouver ici cette année ?

 

 

TIERGARTEN

Je vous parlais précédemment de Berlin et de ses espaces verts. Le Tiergarten est un énorme parc, appellé comme ça puisqu’on y trouve le Zoo (Tier=animal + Garten=jardin – voilà voilà ). J’ai beaucoup pédalé dans ce joli parc bordé par de petits lacs, dans lequel on trouve aussi des bars et restaurants. Et aujourd’hui je vous parle d’un bar au milieu de ce parc plein de surprises, mais pas n’importe quel bar: un Biergarten! Un lieu où l’on peut boire de la bière et manger un bout à n’importe quelle heure le long de longues tables en bois, ou autour d’une table ronde avec chandelles pour les amoureux; Le Cafe am Neuen See. Avant de partir, je m’étais un peu renseignée et avais lu que l’on pouvait faire des balades « romantiques » en barque sur le lac à côté de ce fameux Biergarten. J’ai bien évidemment harcelé mon chéri pour qu’il accepte cette balade en barque. Nous avons décidé d’y aller vers la tombée de la nuit pour que la vue soit encore plus belle. La vue sur le bar illuminé était magnifique. Et ce lac en plein milieu d’une ville ? Juste incroyable. Bref, on a vu des canards, on a galéré à ramer, on a passé un bon moment.
Si vous avez l’occasion de découvrir Berlin, je vous conseille cette petite balade en barque, ça peut aussi être très drôle entre potes! Les barques sont dispo de 10h à 22h et ça vaut le coup! DSC_0363DSC_0356DSC_0353DSC_0391DSC_0379 DSC_0381 DSC_0394